Le cancer pédiatrique au Québec

Contourner le cancer

Le diagnostic de cancer chez un enfant fait peur, ébranle, chavire tout. Ces émotions sont inévitables, mais cèdent toujours la place à plus grand : le besoin de continuer, de guérir, de vaincre. C’est plus que jamais possible en 2018.

Un enfant diagnostiqué d’un cancer pédiatrique en 2018 sera pris en charge par une équipe spécialisée le jour même du diagnostic et dans de nombreux cas , ce dernier devra être hospitalisé dès les premiers jours suivant cette annonce. Des équipes dévouées pourront l’accueillir dans un Centre ou dans une Unité Charles-Bruneau au Québec, selon son lieu de résidence. Lorsque la période de traitement plus intensive sera terminée, il pourra retourner à la maison, mais recevra en centre de jour, des traitements de chimiothérapie et de supports de façon régulière. Dans le cas d’une leucémie, l’ensemble des traitements sera de 2 ans. Lorsque cette période se déroule normalement , le nombre de rendez-vous au centre de jour diminuera progressivement et permettra au famille de reprendre tranquillement une vie plus normale mais bien différente que celle d’avant.

Advenant une rechute et dépendamment du type de cancer, l’enfant pourrait recevoir une greffe de moelle osseuse ou de sang de cordon. Cette intervention peut nécessité plusieurs semaines d’hospitalisation (minimum 6), le temps que son système immunitaire reprenne des forces et que l’on s’assure que les effets secondaires du traitement sont bien contrôlés. En tout temps, il bénéficiera de soins à la fine pointe de la technologie offerts par des équipes médicales hautement qualifiées.

Oui, l’enfant diagnostiqué en 2018 a une longueur d’avance sur les enfants des générations précédentes : grâce à la recherche, le taux global de rémission chez les enfants atteints de cancer au Québec est de 80%.

Toutefois, lorsque la guérison est bel et bien au rendez-vous, les séquelles ou complications découlant des traitements sont présents chez plus des 2/3 des enfants et pour le tier d’entre eux, ces séquelles peuvent être sévères.

Deux tiers des enfants en rémission en seront affectés.

Ainsi, les chercheurs en hémato-oncologie pédiatrique visent deux principaux objectifs :

  1. Guérir les enfants dont le cancer résiste au traitement.
  2. Améliorer la qualité de vie des enfants en rémission.

C’est la poursuite de ces buts qui explique le financement que la Fondation accorde à la recherche, grâce à ses partenaires et ses donateurs.

Statistiques

  • Le cancer est la première cause de décès par maladie chez les enfants de 0 à 18 ans.
  • Le cancer frappe 1 enfant sur 400 avant l’âge de 15 ans.
  • Plus de la moitié des enfants ont moins de 5 ans au moment du diagnostic.
  • Du nombre d’enfants diagnostiqués, 1/3 seulement sont atteints de leucémie; les autres souffrent de lymphomes ou de tumeurs solides.
  • Davantage de garçons que de filles reçoivent un diagnostic de cancer.
  • Le taux de guérison global des principaux types de cancer est passé de 30 % en 1980 à plus de 80 % de nos jours.

Références

  • Agence de la santé publique du Canada
  • Institut national du cancer
  • Société canadienne du cancer

Plus que jamais, il est possible de guérir un cancer pédiatrique en 2018 et de poursuivre sa route.